CHIN LES CARRIERS

Publié le par Les Amis du Patrimoine Lavousien

Carrière de la Frémigère avec en haut à gauche, un cavalier.

Carrière de la Frémigère avec en haut à gauche, un cavalier.

La fête patrounale des carriers, maçons, tailleus d'piarre, thius-d'ours (1) (terrassiers), cheyait (2) le jôr de l'Ascension, un jeudi. Le venderdi, les gas aviant le corps chaud : ol était l'Ascensiounette, le samedi : l'Ascensibeuriounette et pis après ol était dimanche. Quate jôrs piens, ol est bin l'cas d'ou dire !

A Lavoux, iou (3) que sept gas su dix viviant d'la piarre, o y'avait pus d'cent ans qu'le menu dau banquet de l'Ascension était raspecté : Tête de viau, gigot, pouès, salade, chacun son lite et, s'ol en reste : tout en vin ! Des r'pas coume tchieu (4), o y'en a pus à c't'heure et pis Dieu marci, pasque les jènes o ieu manirait les courroués (5)

Faut dire qu'ol a-t-été torjous ine belle raüssite, sauf la foués qu'o s'a passé dans les chambes du haut chin la Belle Gravelle. O s'a trouvé qu'les pus fatiqués ont été bioqués quate jôrs et quate neuts, pasque l'escayer était bin trop raide peur ieu. Mais les ânnées d'après o s'a fait de pian-pied et ol en était que meux. Oh ! ol est pas qu'o y'a pas iu tchièques bricoles...

Ine foués, ol est Tchiasse qui s'a fourré dans le four, créyant ête à coûté de sa borgeouèse dans les touèles (6) de Ligugé. Ine aute fouès, ol est Napon qu'était sorti por varser de l'iau et que les autes ont r'tiré de la fousse du pian coume l'iau y arrivait à la goule (faut dire qu'ol était un petchit).

Manuel li, tout ébiogé, peurnit un umio têto por un chrétien. Il le menacit pasqu'il 'tait vengeatif (7), ramassit un molon et l'jetit conte l'umio (8). Le molon lui revint dans la goule (9), Manuel s'ébrayit : "T'en as itou des chails (10), toué , feignant ! et i foncit por bouter tchiou feignant. Les autes l'ont trouvé avec ine fracture dau crâne. I s'en a mal remis ; ine boune prevue : en 14 i s'a foutu du haut en bas du cavayer d'la Fermigère por pas partir. Et le vieux Bédinguet, qu'avait mangé des rats d'iau à la sauce nouère en 70, disit : "Ol est quand même trisse por li qu'i se souet pas fait tuer su l'front coume les autes !...

Notes / Robert Granseigne

(1) Tius-d'ours : noms donnés aux terrassiers des carrières qui creusaient les découverts (couches supérieures du banc de pierre) et transportaient les déchets sur les "cavaliers".

(2) Cheyer : choire, tomber

(3) Iou : où

(4) Tchieu : ça, cela

(5) Courrouès (charcois) : courroies, le corps humain

(6) Touèles : toiles, les draps

(7) Vengeatif : rancunier

(8) Humio : ormeau

(9) Goule : face, visage

(10) Chail : caillou

Auteur : A. PIRONNET (Parler de la région de Chauvigny)

Sources : Gallica/Bnf, Le Subiet

Concernant la fête des carriers le jour de l'ascension : "Il est dit qu'au moment où le Christ s'éleva dans les cieux, les marques de ses pieds restèrent imprimées dans la pierre du sol. Cette légende aurait permis de faire de l'Ascension la fête des ouvriers travaillant la pierre". René Pothet, La pierre de Chauvigny, APC, Chauvigny, 2012.

Ci-dessous, le menu type !!! de ce banquet de l'Ascension extrait du livre cité ci-dessus.

Menu du banquet de l'Ascension

Menu du banquet de l'Ascension

Une fête est un excès permis, voire ordonné
Sigmund Freud

Publié dans Les carrières

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marmotte rousse 09/03/2015 08:49

Ils savaient faire la fête!!!

Les Amis du Patrimoine Lavousien 09/03/2015 09:57

C'est le moins que l'on puisse dire...