UN MARTIEN A LAVOUX

Publié le par Les Amis du Patrimoine Lavousien

La nouvelle République du 13 octobre 1954

La nouvelle République du 13 octobre 1954

Y'a belles lurettes que y'ons pas vu de martiens à Lavoux, le v'nont pus nous vouère. La peurmière foué, i les attendions pas, Dranem en avait vu y'un mais coumme l'té ébaffé (1) et bèté (2) su piace l'a rein dit ni d'mandé coument o va le portement (3). O s'fait pas des affaires de maème sûrement que tchô parouèssien a été vexé et que l'a pensé que y'étions un péyis fourâche (4). Nous z'autes i sont peurtant de la boune affaire et sons teurjous prèts à manger ine goulée et bouère un coup avec y'un tchi passe.

Depis longtemps y'entendions causer de tchés-là tchi veniont de la pianète Mars avec yeux soucoupes, l'où disiont dans le poste : les martiens venions nous rendre visite. Mais tcho souère quand Dranem s'est égélé su le pian que l'en avait vu y'un, i nous sont rassembiés autour de li peur y'i poser pien de questions :

- Quand il l'avait vu ? - Y'a un p'tchit moument.

- Y'où qu'il l'avait vu ? - Dans le boué à coùté de chez li.

- Comment l'était fait ? - Un petchit nabot (5) avec ine grousse tête, l'avait pas des affutiaux (6) coume nous z'autes.

- Tchi que tu y'as dit ? - Rein.

- Faisait'i parti d'un soulâ (7)? - Y'en avait que y'un, l'té tout seul.

- As-tu vu si y'avait ine soucoupe à coùté ? -Y'é pas argardé mais tcho gars avait in tchite mécanique tchi lançait des éloises, le m'a visé, y'é été paralysé pendant un bon moument i peuvait pu bader de la goule (8), quand y'é repris mes esprits, le martien était fouit (9).

Y'étions teurtous éborlobés (10) et bein contents que les martiens veniont dans noute péyis. Mais, à partir de tcho jour, y'ons pus été trantchiles avec tchés journalistes tchi veulions tout savouère. Le demandions à nous autes coument o s'était passé, ol'té pas aisé pisque y'avions rein vu, tchèques foués i devions inventiounner. Pis ol'a continué avec dau monde tchi veniont parce que l'où aviont vu dans le jornal. Ol le se desait partout : « Les martiens étiont venus dans un village de la Vienne tchi s'appelle Lavoux ». Noute Dranem était devenu ine vedette.

Mais un jour y'ons appris tchi qui s'était vraiment passé : Ol'té que les drôles aviont veulu faire pour à Dranem en se capant (11) su son passage. Y'un s'était dédjisé avec les bottes de son père, ine bouète en carton su la tête pis ine lampe électrique accrochée à sa ceinture.

I nous en sons jamais battu la goule (12), i veulions que le monde continu à parler de nous z'autes à Lavoux.

(1) Ebaffé : soufle coupé par la surprise. - (2) Bété : figé. - (3) Portement : état de santé. -(4) Fourâche : peu sociable, pas apprivoisé . - (5) Nabot : nain. - (6) Affutiaux : objets servant à l'habillement. - (7) Bader de la goule : avoir la bouche ouverte. - (8) Soulâ, soulas : troupeau , troupe, rassemblement. - (9) Fouir : s'échapper, disparaître. - (10) Eborlobé : ébahi, abasourdi. - (11) Se caper : se cacher, se dissimuler. - (12) Se battre la goule : parler de sujet dont on ferait mieux de se taire.

Cet évènement de 1954 a bien sûr fait l'objet de plusieurs publications dans nos journaux locaux.
Voici ce qu'en disait la Nouvelle République :

La Nouvelle République du 12 octobre 1954

La Nouvelle République du 12 octobre 1954

Ce phénomène gagna la France entière et fut observé dans de nombreuses régions....

Rédaction : Robert Granseigne

Illustration : Articles de la Nouvelle République du Centre <ouest

Les OVNI n'existent pas : les objets volants non identifiés ne sont que des illusions créées à distance par des extraterrestres.
Jacques Bergier

Publié dans Les brèves d'histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article