LE COUVERCLE DE SARCOPHAGE DANS L'ÉGLISE SAINT MARTIN DE LAVOUX

Publié le par Les Amis du Patrimoine Lavousien

Le couvercle du sarcophage (Cliché Chantal Popilus)

Le couvercle du sarcophage (Cliché Chantal Popilus)

Ce couvercle était placé devant l’église, il faisait office de banc et de pierre d’attente des morts. (Voir la carte postale en fin d’article)

Il fut découvert un peu par hasard en 1964.

Le 25 mai 1964 l’abbé Georges Léger, curé doyen de Saint Julien l’Ars (Vienne), desservant à Lavoux adresse un courrier aux autorités compétentes pour les alerter sur la découverte qu’il vient de faire.

En voici le contenu :

« Monsieur,
Les conscrits en recherche de bêtises à faire ont retourné la pierre tombale qui servait de banc à droite de la porte d’entrée de l’église de Lavoux. C’est ainsi que l’on a découvert les sculptures de cette pierre de Lavoux, très ancienne certainement, comme le montrent certains trous dus à l’érosion, mais fort bien conservée. Cette pierre ne comporte aucune trace visible d’inscription. Ce qui m’intrigue d’autre part, ce sont les creux des sculptures au centre des intersections des bras de croix et le long de la hampe qui auraient fait cuvettes d’eau si cette pierre avait dû servir dehors. Ne viendrait-elle pas d’un monument funéraire existant autrefois dans l’église ? Quelle est son époque ? Quel personnage enterré aurait mérité cette croix originale ? Je ne vois pas comment elle pourrait rappeler quelqu’un du Prieuré des Augustins (1) auxquels l’église servait de chapelle.

En 1848, lors des grosses réparations de l’édifice (2) cette pierre tombale à mon avis avait été mise à la porte de l’église sans considération de valeur.
Je vous serais très reconnaissant si vous aviez l’amabilité de me renseigner.
Par crainte de détériorations cette pierre tombale a été remise à l’envers. Si vous désirez la voir, veuillez prévenir Monsieur le Maire pour la faire retourner. Si vous étiez d’accord, il me semble que cette pierre vaudrait la peine d’être mise débout et fixée contre le mur de l’église. Monsieur le Maire le ferait faire volontiers sur votre demande. Ce serait je crois, la mettre en valeur. Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments respectueux »

Les termes de son courrier laissent supposer qu’il portait un intérêt certain à l’histoire et que sa démarche fut précieuse. Sans celle-ci que serait devenu ce sarcophage ? Mieux vaut ne pas y penser. Aurait-il fini comme d’autres au fond d’une carrière ?

Vingt ans plus tard, en 1984, le service des fouilles de la Direction Régionale des Antiquités Préhistoriques et Historiques demande des renseignements supplémentaires au maire de Lavoux afin de compléter la fiche concernant le sarcophage pour l’établissement d’un inventaire archéologique national. Le sarcophage de Lavoux est depuis 1994, inscrit à l’inventaire général.

Vous pouvez le voir à l’intérieur de l’église, à gauche en entrant.

D’après François EYGUN (1965, P. 371) ce couvercle daterait de l’époque mérovingienne. Voici quelques extraits de son travail sur le sarcophage :

« … Une grande croix exécutée en bas relief est montée sur une longue hampe plantée dans une sorte de petite bordure ou « terrasse ». Les bras horizontaux (plus petits) et verticaux présentent un évasement rectiligne. A l’intersection des bras de la croix, un médaillon est orné d’une succession de triangles alternés au centre évidé, formant une ligne ondulée qui entoure une roue aux huit rayons gravés et inscrits dans un cercle en méplat.
La grande croix figurée sur ce couvercle de sarcophage évoque, avec ses bras évasés, le thème de la croix victorieuse, comme celle du couvercle n. 46 d’Antigny…

La roue ou la rosace placée à l’intersection des bras de la croix du couvercle de Lavoux apparaît donc comme une figuration symbolique du Christ. Elle souligne le pouvoir émanant de la croix et par là même l’aspect cosmique de la personne du Christ… »

Comment a-t-on, initialement, découvert le sarcophage et son couvercle ?

Dans l’état actuel de nos connaissances nous pouvons faire l’hypothèse suivante :

L’église Saint Martin de Lavoux est reconstruite autour de 1845. Son clocher est conservé mais rehaussé, elle est à la fois élargie et allongée. On apprend, en effet, dans un procès-verbal du conseil de fabrique de 1845 qu’il y a eu des dépenses imprévues :

  • pour le creusement et l’établissement de fondations d’une croisée supplémentaire au plan d’origine
  • pour deux demi-colonnes du clocher et la construction d’une cage d’escalier pour le clocher.

Nous pouvons alors supposer que c’est en cette occasion, lors du creusement, que des sarcophages auraient pu être mis à jour.

Une fois l’église terminée, un de ceux-ci aurait été utilisé pour construire un banc devant l’église. Banc que nous pouvons voir sur la carte postale ci-dessous :

L'église de Lavoux et son banc adossé à la façade

L'église de Lavoux et son banc adossé à la façade

Ceci n’est bien sûr qu’une hypothèse…                                                                                Notons que l’ancienne église aurait  été remaniée également au XVème siècles. (3)
Précisons enfin que dès le XIème siècle une église est citée à Lavoux (PARVIS, VAPRVM) (4).

Plus récemment, Daniel Morleghem, docteur en archéologie, a rédigé une monographie concernant ce sarcophage et complète ainsi les études précédentes par un passage consacré à la taille du couvercle.
Il nous parle ensuite de la roche qui le compose et précise : "Le couvercle est taillé dans un calcaire lithographique gris du Bajocien (Jurassique) légèrement graveleux et quartzeux. Ce faciès pétrographique est présent dans la vallée de la Vienne et affleure notamment dans les environs de Civaux à une vingtaine de kilomètres au sud de Lavoux... Un transport par la Vienne jusqu'à Bonnes puis par voie de terre jusqu'au bourg de Lavoux peut-être envisagé.

Il conclut son étude par la datation du couvercle dont voici un extrait : « … l’ornementation principale à base cruciforme pourrait permettre de l’attribuer au 7e siècle jusqu’au début du 8e siècle. La mouluration est quant à elle plus récente et ne saurait être antérieure au 11e ou 12e siècle, comme invitent à le penser les traces de taillant/layage du couvercle ; cela impliquerait donc une réutilisation tardive du couvercle au cours du Moyen Âge ou de l’époque moderne ».

 

Rédaction : Chantal Popilus

Notes :

 (1) Le prieuré-cure de Saint Martin De Lavoux dépendait de l’abbaye de Saint-Hilaire de la Celle de Poitiers, de l’ordre de Saint Augustin
(2) C’est plus que des réparations qui sont faites, l’église est reconstruite pour être agrandie.
(3) François Semur, Abbayes, prieurés et commanderies de l’ancienne France (vers IVe siècle– vers XVIIIe siècle).
(4)  PARVIS : Patrimoine Religieux Vienne et Deux-Sèvres
      VAPRVM : Valorisation Animation du Patrimoine Rural en Vienne et Moulière

Bibliographie :

° EYGUN, François. « Circonscription de Poitiers », Gallia, 23, 1965, fasc. 1, p. 371 et fig. 34.
° MORLEGHEM, Daniel, Le couvercle de sarcophage de l'église de Lavoux. Janvier 2017,     Monographie de sarcophage n. 1, CAeSAR.
° Dossier Inventaire, Base Mérimée, Ministère de la Culture.
 

 

Il faut être fier d'avoir hérité de tout ce que le passé avait de meilleur et de plus noble. Il ne faut pas souiller son patrimoine en multipliant les erreurs passées
Gandhi

Publié dans Le petit patrimoine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article